La place et la rue des Carmes, la rue des Clarisses, l’avenue Maurice Destenay

plan-liege-60.jpg
Plan des années 1960. La petite place montrée par la flèche était plus précisément (et est toujours) la place des Carmes.

  Les rues des Carmes et des Clarisses évoquent des couvents établis là autrefois, ces congrégations religieuses ayant perdu leurs biens à la fin du XVIIIe siècle, à la suite des événements révolutionnaires et militaires qui ont abouti à la fin à la principauté de Liège et à son rattachement à la république française.

 

  La place des Carmes

place-des-carmes-liege-debut-XXe.jpg
Au tout début du XXe siècle.

 

place-des-carmes-liege-1970.jpg
En 1970, trois ans avant le début des démolitions.

 

demolition-place-des-carmes-liege-1973.jpg
Les démolitions en 1973.

 

place-des-carmes-liege-1977.jpg
En 1977. Depuis le début de la décennie, l’environnement a changé, avec la construction des nouveaux bâtiments de l’athénée Charles Rogier et du complexe culturel des Chiroux. La petite place des Carmes est devenue piétonne en 1975.

 

place-des-carmes-liege-2009.jpg
Le même endroit en 2009.

 

place-des-carmes-liege-1962.jpg
La place des Carmes vue depuis la rue Saint-Paul en 1962 (ci-dessus) et en 1977 (ci-dessous) :

rue-st-paul-liege-1977.jpg

 

La rue des Carmes

halle-des-carmes-liege-1971.jpg
La halle des Carmes en 1971, à la veille d’être détruite. Elle a été construite dès 1881 à l’emplacement du couvent d’antan.

 

librairie-halbart-liege.jpg
La librairie Halbart de la rue des Carmes, à l’époque où j’allais au collège, dans les années 1960.

 

La rue des Clarisses

athenee-royal-liege-debut_XXe.jpgL’athénée royal Charles Rogier (Liège 1) au début du XXe siècle. L’établissement a été créé en 1850 à l’emplacement de l’ancien couvent des Sœurs clarisses. Il doit son nom au célèbre Liégeois qui a participé à la révolution belge de 1830, puis qui est devenu un ministre libéral grand défenseur de l’enseignement public.

  Ces bâtiments disparaîtront dès 1967 pour laisser place à des locaux modernes à la mode du temps. La photo qui suit date de 1977 :

rue-des-clarisses-liege-1977.jpg

 

rues-clarisses-ysaye-liege-1962.jpg
Cet immeuble (photo de 1962) se situait à l’angle de la rue des Clarisses (1) et de la rue Eugène Ysaÿe (2) qui mène à la place Saint-Jacques. Nous le retrouvons sur la photo suivante (la flèche), prise depuis le boulevard d’Avroy. La rue qui y mène s’appelait la rue Bertholet, du nom d’un peintre liégeois du XVIIe siècle. Tout ce quartier a été bouleversé, au début des années 1970, par le chantier de l’avenue Maurice Destenay.

rue-bertholet-liege-60.jpg

avenue-destenay-liege-1990.jpg
Le même endroit en 1990.

 

L’avenue Maurice Destenay

carmes-croisiers-liege-1970.jpg
La rue André Dumont un peu avant 1970, à l’approche de l’inauguration de la maison de la culture des Chiroux. Dans le fond, les rues des Prémontrés et du Vertbois vont bientôt subir de profondes modifications pour permettre le percement d’une voie rapide en direction du boulevard d’Avroy.

  Les quatre photos qui suivent présentent l’évolution du chantier au cours des années 1970 :

chantier-destenay-liege-1971_75.jpgchantier-avenue_destenay-liege_0.jpgchantier-avenue_destenay-liege_1.jpgchantier-avenue_destenay-liege_2.jpg

 

avenue_destenay_vue aerienne-liege-1979.jpg
L’avenue Maurice Destenay en 1979. Elle a été officiellement inaugurée en 1975, du nom du bourgmestre libéral liégeois de 1963 à sa mort en 1973.

 

 

Merci de partager ou de laisser un commentaire si vous avez apprécié cet article  😉

Publicités

8 commentaires sur “La place et la rue des Carmes, la rue des Clarisses, l’avenue Maurice Destenay

  1. Merci pour ces belle photos, j’ai connu la rue des carmes au moment de la démolition des halles et je me rendais à la librairie Halbart pour y travailler. J’y suis restée deux ans à la facturation. Francine.

    J'aime

  2. J’ai fréquenté l’athénée de Liège de 1951 à 1953, ainsi que les librairies et bouquinistes de la place des Carmes que de souvenirs… en particulier celui des caves de l’athénée, où une porte donnait, parait-il, accès aux égouts, mais que je n’ai jamais découverte….

    J'aime

  3. j’ai grandi dans ce quartier ( rue des croisiers ) de l’age de 6 mois a 14 ans , exproprié pour les travaux .
    merci pour ces recherches , que de souvenirs
    henri

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s