La basilique Saint-Martin

Basilique St-Martin Liège Global View 2005

La basilique Saint-Martin sur le Publémont*, dominant le boulevard de la Sauvenière. Vue aérienne de 2005.

* Le publicus mons, la montagne publique, colline occidentale de la ville.

 

Publémont Liège 1962

La colline du Publémont au début des années 1960.

 

Les origines

En 959, c’est l’évêque Éracle qui accède aux commandes du diocèse de Liège. Il sait que c’est la Meuse, cent ans plus tôt, qui a amené les envahisseurs normands ; que c’est la Meuse, encore, dont les crues régulières inondent les îlots de la cité. Les hauteurs du Publémont lui paraissent un site « abrupt et rassurant », facilement fortifiable. C’est là qu’il envisage de déménager la résidence épiscopale et de faire ériger une nouvelle cathédrale consacrée à saint Lambert et à la Vierge Marie.

L’intention se concrétise dès 965, ce qui provoque la fureur de la population, attachée au maintien du centre-ville dans la vallée, sur le site du martyre de saint Lambert (voir cet autre article).

Éracle finit-il par céder à la pression populaire ? Ou sa mort en 971 survient-elle sans qu’il ait achevé son œuvre ? On l’ignore. Une certitude : l’église du Publémont ne deviendra pas la nouvelle cathédrale de Liège, mais une collégiale dédiée à saint Martin de Tours*. D’autant plus que c’est dans la vallée que Notger, qui succède à Éracle en 972, veut continuer de faire battre le cœur de la cité.

À la collégiale, est attaché un chapitre de chanoines, avec les bâtiments claustraux qui leur sont nécessaires.

* Atteint d’une tumeur cancéreuse au cerveau, Éracle aurait été guéri miraculeusement à la suite d’un pèlerinage au tombeau de saint Martin, à Tours (France). Légende qui expliquerait le choix final de ce patronage.

 

Sarcorphage saint Martin

Le mausolée d’Éracle dans le chœur de l’actuelle basilique Saint-Martin.

 

Fresque saint Martin manteau

Cette petite sculpture, encastrée sous une fenêtre dans le mur du transept sud, date du XIVe siècle. Elle représente le jeune Martin, cavalier romain en garnison à Amiens, tranchant son manteau pour en donner la moitié à un pauvre en guenilles.

Cette scène se déroule au cours de l’hiver 338-339. Elle est le point de départ de la conversion de Martin, militaire issu d’une famille païenne, qui deviendra l’apôtre de la Gaule, moine-missionnaire puis évêque de Tours.

 

Remparts Publémont Liège XIIe siècle

Cette reconstitution nous reporte au XIIe siècle. La flèche désigne la collégiale romane Saint-Martin, incluse dans les remparts du Publémont. Le cours d’eau est un bras de la Meuse devenu le boulevard de la Sauvenière.

 

L’institution de la Fête-Dieu

Au cours du XIIIe siècle, la réputation de la collégiale devient universelle. C’est dans cette église qu’est célébrée pour la première fois la Fête-Dieu, ou fête du Saint-Sacrement, instituée en 1246 sur les instances de Julienne de Cornillon et de la recluse Ève de Saint-Martin.

 

Fête-Dieu 1946

En juin 1946, pour célébrer le 700e anniversaire de la Fête-Dieu, deux cortèges ont eu lieu à Liège, l’un dans les rues du quartier Saint-Laurent ▲ et l’autre sur la Meuse ▼

Péniches Fête-Dieu ISL 1946

À  propos du cortège fluvial, voici la péniche dont le thème était les métiers de Liège. Y sont représentés les charbonnages et les usines métallurgiques, placés sous la protection divine : les clochers de la cathédrale Saint-Paul et de la basilique Saint-Martin.

 

Le Mal Saint-Martin

Au début du XIVe siècle, la principauté de Liège est secouée par des luttes sociales. Un épisode sanglant en est le Mal Saint-Martin*.

* Les appellations « la Male Saint-Martin »  ou  « le Mâl Saint-Martin » sont des déformations des textes originaux dues aux chroniqueurs postérieurs dont Jean d’Outremeuse. Le « Mal Saint-Martin », c’est en réalité le mal qui est advenu à Liège en la basilique Saint-Martin.

Les nobles et patriciens liégeois s’opposent à la corporation des métiers. Dans la nuit du 3 au 4 août 1312, les « Grands » incendient la halle aux viandes. En riposte, les « Petits » se rassemblent sur la place du Marché, puis refoulent leurs adversaires vers le Publémont. Assaillis par les paysans et houilleurs de Sainte-Marguerite, cent cinquante nobles se réfugient dans l’église Saint-Martin. Les gens du peuple boutent le feu à l’édifice, faisant périr tous ceux qui s’y sont enfermés.

 

Fresque Mal St-Martin

Ce bas-relief, sur la façade occidentale du palais provincial de Liège, représente la mise à feu de la collégiale Saint-Martin.

 

Incendie Mal St-Martin

Ce montage est censé évoquer l’incendie de la collégiale lors du Mal Saint-Martin. L’auteur s’est probablement inspiré d’une vue contemporaine, comme celle ci-dessous (datant de 1930), oubliant qu’à l’époque du sinistre,  l’édifice était roman et non gothique.

Basolique St-Martin Liège 1930

 

À la suite de cet épisode catastrophique, une partie seulement de l’église est rendue au culte, après quelques réparations urgentes. La revalidation complète des lieux va se faire par étapes et durer près de deux siècles.

 

La reconstruction

On commence par restaurer la tour. Il est attesté qu’on y travaille en 1377 et que le gros-œuvre est terminé en 1413.

Un nouveau malheur survient en 1468 :  les troupes de Charles le Téméraire se livrent à un pillage effréné. La collégiale échappe heureusement à un nouvel incendie.

Dès 1506, sous le règne du prince-évêque Érard de la Marck, il est décidé de reconstruire le chœur et la nef. Les travaux vont durer de 1511 à la fin du siècle, confiés successivement aux architectes Paul de Ryckel et Arnold van Mulcken. Le nouvel édifice est un magnifique spécimen d’architecture gothique.

 

Vue Liège 1574

 Liège en 1574, fragment d’une gravure sur cuivre de Franz Hogenberg. Le cercle rouge entoure la collégiale Saint-Martin (cliquez sur l’illustration pour l’agrandir dans une nouvelle fenêtre).

 

Confrérie St-Sacrement Liège 1575

Procession de la confrérie du Saint-Sacrement en 1575.

 

Collégiale St-Martin Liège 1738 Le Loup

Gravure de Remacle Le Loup en 1738. Il est visible que la tour n’a pas été bâtie au XVIe siècle comme le reste de l’église, mais beaucoup plus tôt.

 

À la fin du XVIIIe siècle

À la suite du rattachement de la principauté de Liège à la France, la collégiale est fermée au culte dès 1796 et devient un temple de la Victoire (bâtiment où l’on célèbre  l’anniversaire de la République). Elle échappe ainsi à la mise en vente comme bien national, mais son mobilier est bradé à des prix dérisoires.

 

Au XIXe siècle

Après le Concordat de 1801, elle devient une église paroissiale. tandis que la collégiale Saint-Paul est élevée au rang de cathédrale.

Laissée longtemps sans entretien, l’église Saint-martin s’est dégradée. Quand la Belgique devient indépendante en 1830, elle menace en certains endroits de tomber en ruine, et le nouveau pouvoir n’a pas les moyens de financer la moindre réparation.

Il faut attendre 1840 pour que d’importants travaux de rénovation soient entrepris sous la direction de l’architecte Jean-Charles Delsaux*.

*  Cet architecte sera aussi l’auteur, de 1849 à 1853 , de l’aile occidentale ajoutée au palais de justice, dans un style s’inspirant de l’ensemble, pour y loger les bureaux du gouvernement provincial.

 

Collégiale St-Martin Liège Fussell 1838_2

Aquarelle du Britannique Joseph Fussell : l’église Saint-Martin vers 1835-1840, avant les restaurations de l’architecte Jean-Charles Delsaux. À remarquer le petit cimetière à l’avant-plan.

Collégiale St-Martin Liège Fussell 1838_1

Un enterrement, semble-t-il, sur cette autre œuvre de Joseph Fussell.

 

St-Martin Liège réfection tour 1868-71

Entre 1868 et 1871, l’architecte Eugène Halkin dirige les travaux de réfection de la tour du XIVe siècle, dont on reconstruit les étages supérieurs.

 

Église St-Martin Liège fin XIXe

L’église à la fin du XIXe siècle. En 1886, elle a été élevée par le pape Léon XIII au titre honorifique de basilique.

 

Au début du XXe siècle

Basilique St-Martin Liège 1906

En 1906. Dans l’ovale rouge, au-dessus du pignon du transept, se dresse depuis 1865 une énormes statue de saint Martin.

 

Panorama Liège début XXe

Cette statue en granit représente saint Martin en train de bénir la ville.

 

Basilique St-Martin Liège 1908

Carte postale utilisée en 1908.

 

Basilique St-Martin Liège 1912

Carte postée en 1912.

 

La basilique actuelle

Basilique St-Martin Liège

La basilique de nos jours, grâce aux rénovations entamées au début des années 1990, subsidiées par la Région wallonne.

 

La basilique et le Mont Saint-Martin

Mont St-Martin Liège 1903

Carte postale utilisée en 1903.

 

Mont St-Martin Liège 1961

En 1961.

 

Mont St-Martin Liège 2003

En 2003.

 

Depuis le faubourg Saint-Laurent

St-Martin et rue St-Laurent Liège 1938

1938. Le Mont Saint-Martin avant sa jonction avec la rue Saint-Laurent. À la hauteur du mur tapissé d’affiches, se trouvait autrefois une porte fortifiée permettant de franchir les remparts de la ville. La voici en 1735 (Léon Béthune, Recueil de vue rares du vieux Liège) :

Porte St-Martin Liège 1735

La dame et l’enfant se dirigent vers les fossés de Saint-Martin. En passant l’arvô (le passage voûté), on arrive aux degrés des Tisserands sur la gauche et au Mont Saint-Martin après un coude à droite. La collégiale Saint-Martin est masquée par la muraille de droite.

 

Porte St-Martin Liège 1815

Ce qui reste de la porte Saint-Martin en 1815, vue cette fois depuis l’intérieur de la ville. Au-delà de l’arcade, commence le faubourg Saint-Laurent.

 

Plan 1847

Ce plan d’alignement (cliquez dessus pour l’agrandir dans une nouvelle fenêtre) est adopté en 1847 ; il envisage la suppression de la porte et la création d’une voirie pour relier le Mont Saint-Martin et la rue Saint-Laurent. L’ancien ouvrage fortifié sera détruit en 1849.

 

Saint-Martin depuis le boulevard de la Sauvenière

Boulevard de la Sauvenière Liège 1860

Vers 1860.

 

Boulevard de la Sauvenière Liège 1925-28

Entre 1925 et 1928.

 

Boulevard de la Sauvenière Liège fin 1950s

Fin des années 1950.

 

Boulevard de la Sauvenière Liège 1960

En 1960.

 

Boulevard de la Sauvenière Liège 2009

En 2009.

 

Et dans l’autre sens :

Boulevard de la Sauvenière Liège XIXe

Au milieu du XIXe siècle.

 

Boulevard de la Sauvenière Liège 1900s

Au tout début du XXe siècle.

 

Boulevard de la Sauvenière Liège 1930s

Dans les années 1930.

 

Boulevard de la Sauvenière Liège 1950s_2

Dans les années 1950.

 

Boulevard de la Sauvenière Liège 1960s

Au début des années 1960.

 

Boulevard de la Sauvenière Liège 1970s

Dans les années 1970.

 

Boulevard de la Sauvenière Liège 2008

En 2008.

Publicité

4 commentaires sur “La basilique Saint-Martin

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s